REGROUPEMENT DES TRAVAILLEURS
AUTONOMES MÉTALLOS

Après avoir promis d’être équitable envers l’industrie du taxi et de laisser la Commission des transports du Québec (CTQ) faire son travail, le Gouvernement Couillard lui ordonne maintenant de ne plus respecter ses propres règles et d’émettre « sans délai » un permis d’intermédiaire à Uber.

« Le gouvernement va d'injustice en injustice envers les travailleurs du taxi » expliquent les deux porte-paroles du Front commun du taxi, messieurs Guy Chevrette et Benoît Jugand. «Le gouvernement a fait l'équivalent d'une loi spéciale avec l'entente et le projet-pilote avec Uber. Voilà qu'il va une coche au-dessus avec le passe droit actuel en muselant la CTQ, un tribunal administratif!»

Le Front commun du taxi est sidéré par cette décision d'autant plus qu'il y a un mois, les avocats du gouvernement plaidaient devant les tribunaux qu’il n’y avait pas urgence d’agir. «Aujourd’hui, ce même gouvernement affirme totalement le contraire en exigeant à ses fonctionnaires des mesures exceptionnellement rapides», ajoutent messieurs Chevrette et Jugand. «Visiblement, si on ne respecte pas les lois du Québec, on obtient tout ce qu’on veut du gouvernement Couillard, même si le gouvernement doit baisser ses culottes et réécrire les règles au fur et à mesure. C'est du jamais vu! »

Le Front commun du taxi rappelle qu'un des rôles de la CTQ est d’évaluer la probité et la justesse des demandes de permis dans domaine du transport rémunéré de personnes. Le processus a pour but d’assurer l’équité et l’équilibre du marché, dans le but de servir et de protéger l’intérêt public.

« Déjà que ce gouvernement a retiré au Bureau de taxi de Montréal sa capacité de sévir contre Uber. Maintenant, il enlève à la Commission des transports la possibilité d’évaluer la demande de permis d’Uber. Manifestement, il n’y aucune limite aux passe-droits que fera Philippe Couillard à une multinationale voyou qui, à ce jour, a toujours refusé de cesser ses opérations illégales ne serait-ce qu’en attendant son permis. Pour toutes les multinationales voyous, le message que cela envoie est très clair: venez au Québec, on a un premier ministre extrêmement complaisant et accomodant, » concluent les deux porte-paroles.

– 30 –

À propos du Front commun des taxis

Le Front commun des taxis est formé d’organisations représentant ensemble la presque totalité des propriétaires de permis de taxis, de chauffeurs et autres intervenants de l’industrie du taxi. Le Front commun est composé de l’Association haïtienne des travailleurs du taxi (AHTT), du Comité de concertation et de développement de l’industrie du taxi (CPCDIT), du Collectif des propriétaires et chauffeurs de taxi de Montréal (CPCTM), du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ), du Regroupement des propriétaires de taxis de la Capitale (RPTC), du Regroupement des propriétaires de taxis de Montréal (RPTM) et du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM-Métallos).

À La une

LES PLUS RÉCENTES PUBLICATIONS